Vol. 82, Nº 1Éditorial

Deux policiers de la GRC parlent avec une femme pointant vers un lac.

Des partenariats efficaces

Crédit : Letisha Harris, GRC

Par

La GRC sert plus de 600 collectivités autochtones au Canada, qui se distinguent par leur culture, leur géographie et leurs besoins respectifs.

Dans ce numéro, nous abordons les façons dont les membres de la GRC s'attachent au quotidien à renforcer les liens de confiance avec les peuples autochtones, à améliorer la santé et la sécurité des collectivités et à approfondir leur connaissance de l'histoire et de la réalité actuelle de ces groupes.

Dans notre dossier, Travis Poland signale plusieurs initiatives au Manitoba où la GRC sert de nombreuses communautés éloignées des Premières Nations.

Dans son premier article, Travis se penche sur le rôle de la GRC dans l'évacuation de la petite communauté de Black Sturgeon Falls à l'approche d'un incendie en 2018. Les membres attribuent le bon déroulement de l'évacuation à leurs relations avec la communauté, non seulement en 2018, mais de nouveau l'été dernier.

Il présente aussi un nouveau modèle de détachement doté par rotation dans le nord du Manitoba. Ce nouveau modèle voit l'affectation permanente de membres dans la localité isolée de South Indian Lake, dans la nation crie d'O-Pipon-Na-Piwin. La visibilité accrue des policiers permet de tisser et de maintenir des liens avec la communauté tout en favorisant un meilleur équilibre entre le travail et la vie personnelle.

Dans un troisième article, Travis Poland aborde le travail du Service de l'air de la GRC qui appuie les membres affectés dans des endroits isolés. Les pilotes du Service effectuent le transport des membres et du matériel essentiel dans ces collectivités, qui ne sont accessibles que par avion à certains moments de l'année, faisant du Service de l'air un outil vital.

Rappelons que l'établissement de relations est la première étape essentielle pour soutenir les communautés autochtones.

Paul Northcott aborde un partenariat fructueux entre la GRC et le service de police mohawk d'Akwesasne, qui met en contact deux agents de liaison. Ceux-ci organisent des événements communautaires et des exposés sur la sécurité pour traiter des préoccupations locales, mais aussi prendre des mesures essentielles à la réconciliation et la guérison de tous.

Paul Northcott se penche aussi sur deux initiatives permettant aux membres de renforcer la sécurité des communautés autochtones.

La première est un plan de sécurité élaboré sous l'impulsion de la collectivité au Nouveau‑Brunswick. Les résidents de la Première Nation d'Esgenoopetitj tiennent des discussions franches avec leurs partenaires communautaires, dont la police, pour relever les risques et concevoir un plan d'attaque adapté.

À Port Alberni (C.-B.), la GRC a créé un groupe chargé de soutenir les personnes les plus vulnérables de la communauté de Nuu-chah-nulth. L'équipe de sécurité des Autochtones est formée de trois policiers qui travaillent avec le conseil tribal pour aider et soutenir les gens vivant dans la rue.

Nous présentons aussi des articles sur les façons dont les cadets de la GRC étudient l'histoire autochtone pour les préparer au travail de police aujourd'hui, et les projets de la GRC pour renforcer la résilience des communautés, les liens familiaux et l'identité autochtone.

Nous concluons ce numéro par un article sur le projet de réconciliation d'une policière.

Feu le grand-oncle de la cap. El Sturko, le serg. Robert David Van Norman, a été forcé de quitter la GRC en 1964 lorsque l'organisation a découvert qu'il était gai. La cap. Sturko retrace le travail passionné de son grand-oncle au sein des Inuits dans l'Arctique en 1950 en numérisant son journal et des photos de son affectation. À la publication, elle souhaite offrir le journal à la communauté inuite où le serg. Van Norman a travaillé.

Reconnaître que les temps ont évolué est important. Nous espérons par ce numéro souligner le travail bienveillant que les membres de la GRC accomplissent en partenariat avec les collectivités autochtones qu'ils servent.

__________________________________________

Changements apportés à la Gazette

La Gazette accorde une place croissante aux articles en ligne et aux produits numériques.

À compter de 2020, nous publierons la version imprimée deux fois par année, au printemps et à l'automne. Si nous réduisons le nombre et la fréquence des exemplaires imprimés, cela ne veut pas dire que nous publierons moins d'articles.

Nous sommes fiers de poursuivre la diffusion en ligne de nos articles primés, et nous publions de nouveaux articles de façon hebdomadaire. Si vous ne la connaissez pas encore, la Gazette en ligne est d'une lecture conviviale, consultable et accessible sur les appareils mobiles. On peut y avoir accès dans Infoweb ou sur le site rcmp.gc.ca, dans l'index de A à Z.

D'autres améliorations sont à venir en 2020 alors que nous remanierons la présentation, qui rendra la lecture des articles encore plus conviviale.

Merci.

Date de modification :