Gendarmerie royale du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

La traite interne de personnes a des fins d'exploitation sexuelle au Canada

La traite interne de personnes a des fins d'exploitation sexuelle au Canada

Envoyez un courriel à htncc-cnctp@rcmp-grc.gc.ca pour obtenir le rapport complet.

Octobre 2013

Sommaire

Depuis 2007, le Centre national de coordination contre la traite de personnes (CNCTP) de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) recueille de l'information et des renseignements sur les affaires de traite de personnes ou liées à la traite de personnes de la GRC et d'autres organismes d'application de la loi.Note 1 Dans la majorité des cas, il s'agit de victimes de traite interne de personnes à des fins d'exploitation sexuelle. Note 2 Le CNCTP a donc lancé le projet SAFEKEEPING, une évaluation de la traite interne de personnes à des fins d'exploitation sexuelle au Canada.

Le projet SAFEKEEPING est un rapport de référence qui décrit la nature et la portée de la traite interne de personnes à des fins d'exploitation sexuelle au Canada. Les constatations définissent les caractéristiques des trafiquants et des victimes, les vulnérabilités des victimes et les modi operandi des trafiquants. Le rapport comprend également des aperçus provinciaux des activités de traite interne de personnes à des fins d'exploitation sexuelle ainsi que les lacunes et les difficultés actuelles liées aux enquêtes sur ce type de crime. Dans l'ensemble, les conclusions tirées du projet SAFEKEEPING seront utiles aux organismes d'application de la loi, aux fournisseurs de services et aux organisations gouvernementales et non gouvernementales engagés dans la lutte contre ce crime.

Constatations Principales

TrafiquantsNote 3

  • Les trafiquants forcent les victimes à fournir des services sexuels à des clients surtout
    dans des hôtels, des résidences privées et des lieux de divertissement pour adultes.
  • Les trafiquants qui forcent leurs victimes à fournir des services sexuels dans des
    hôtels ou des résidences privées trouvent surtout leurs clients par la publicité en
    ligne. Ils ont aussi recours à des agences externes (agences d'escorte et de placement
    de danseuses) pour recruter des clients, mais pas autant qu'à la publicité en ligne.
  • Les trafiquants gardent souvent tous les profits générés par leurs victimes, qui
    gagnent généralement de 500 $ à 1000 $ par jour.
  • La majorité des trafiquants sont des citoyens canadiens masculins, âgés de 19 à 32
    ans, de différentes races et origines ethniques.
  • Parmi les trafiquants, on compte de plus en plus de femmes adultes et de personnes
    de moins de 18 ans (surtout de sexe féminin).
  • Les trafiquantes travaillent généralement avec au moins un homme, qui est parfois
    leur conjoint.
  • Les trafiquants de moins de 18 ans travaillent souvent en partenariat avec des
    adultes.
  • Dans près de la moitié des cas de traite interne de personnes à des fins d'exploitation sexuelle, les trafiquants sont associés à des gangs de rue. Aucun renseignement n'indique toutefois que la traite de personnes est une activité organisée des gangs de rue.
  • Presque autant de trafiquants travaillent seuls qu'avec d'autres individus (amis, associés de confiance, membres de leur famille, petit(e) ami(e) ou prostituées).

Victimes

  • Les victimes sont des citoyennes canadiennes, âgées de 14 à 22 ans, normalement de race blanche.
  • Les personnes les plus vulnérables sont celles qui ont besoin d'argent ou qui
    recherchent l'amour et l'affection.
  • Les personnes de moins de 18 ans et celles qui dansent dans les lieux de
    divertissement pour adultes ou qui se prostituent sont plus susceptibles de se faire recruter et contrôler par un trafiquant. Cependant, n'importe qui peut devenir
    victime de la traite de personnes.
  • Près de la moitié des victimes n'ont aucune expérience des lieux de divertissement
    pour adultes ou de la prostitution.
  • Au cours des dernières années, de plus en plus de personnes dans une situation
    relativement stable sont devenues des victimes de la traite de personnes.
  • Les victimes dont le trafiquant a moins de 18 ans ont normalement elles aussi moins de 18 ans.

Modi Operandi

  • Les victimes rencontrent généralement les trafiquants directement ou par l'entremise de connaissances ou d'amis communs. Quelques victimes rencontrent leur trafiquant sur Internet, sur des sites de réseautage social comme Facebook.
  • Les trafiquants recrutent principalement leurs victimes dans des hôtels ou des
    résidences (lors de << partys >>), dans des bars ou des clubs (y compris des lieux de divertissement pour adultes) et dans la rue.
  • Généralement, les trafiquants instaurent leur domination en établissant un lien de
    confiance avec leurs victimes (une fausse amitié ou de faux sentiments amoureux) ou par l'emprise psychologique, les menaces, l'intimidation ou la violence.
  • Les trafiquants déplacent souvent leurs victimes d'une ville ou d'une province à une autre. Les grands centres sont l'Ontario, le Québec, la Colombie Britannique et
    l'Alberta, et les victimes sont souvent exploitées dans les provinces voisines.

Note 1Les définitions d'affaires de traite de personnes et d'affaires liées à la traite de personnes se trouvent aux pages 4 et 5, respectivement.

Note 2La traite interne de personnes à des fins d'exploitation sexuelle est définie à la page 5.

Note 3Aux fins du présent rapport, les trafiquants désignent les personnes impliquées dans le processus de la traite. Ils peuvent avoir été accusés de traite de personnes ou d'autres infractions connexes.